EUR / CDF
1 850,36
0.21%
(+3.82)
USD / CDF
1 661,00
0.06%
(+1)
CAD / CDF
1 264,26
0.13%
(+1.7)
CHF / CDF
1 681,54
0.09%
(+1.5)
GBP / CDF
2 140,70
0.45%
(+9.68)
ZAR / CDF
112,08
0.09%
(-0.1)
XOF / CDF
2,82
0.21%
(+0.01)

Lubumbashi: la commercialisation des pétards s’organise malgré l’interdiction de vente

70

La vente et même l’usage des explosifs de faible puissance principalement utilisés pour le bruit qu’ils produisent sont interdits à Lubumbashi. Et pourtant sur terrain, les pétards retentissent à longueur des journées créant la confusion avec des coups de feu. Ce type de commerce prohibé par un arrêté de la mairie datant de 2002, continue tout de même à s’organiser.

Dans un communiqué portant la signature du maire de Lubumbashi, Ghislain Robert Lubaba Buluma rappelle aux opérateurs économiques et aux détenteurs des kiosques et boutiques, l’interdiction faite à toute importation et vente des pétards ainsi que des feux d’artifices. Il prévient que tout contrevenant subira la rigueur de la loi.

En effet, pendant cette période des festivités de fin d’année, les jeunes mais aussi les mineurs se livrent à cœur joie à la manipulation des pétards. Le plus étonnant est que, comment s’en procurent-ils ces dispositifs censurés? La question est sur toutes les lèvres.

Dans la capitale cuprifère, les pétards ont souvent été à la base de la perturbation de la tranquillité et de l’ordre public. Leur entrée à Lubumbashi en passant par le poste frontalier de Kasumbalesa est perçue actuellement comme un mystère. Au-delà de l’impérieuse nécessité pour les parents de s’impliquer dans l’encadrement de leurs enfants par des loisirs sains, le bannissement ce genre de business passerait également par la prise de conscience des commerçants à ne pas vendre ces explosifs.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.