EUR / CDF
1 845,67
0.04%
(+0.82)
USD / CDF
1 666,00
0%
(0)
CAD / CDF
1 254,40
0.45%
(-5.66)
CHF / CDF
1 677,86
0.17%
(-2.81)
GBP / CDF
2 152,31
0.17%
(-3.65)
ZAR / CDF
112,73
0.03%
(+0.04)
XAF / CDF
2,81
0.04%
(0)
XOF / CDF
2,81
0.04%
(0)

L’Université de Lubumbashi se dote de deux laboratoires susceptibles de participer à l’équilibre des écosystèmes

47

L’Université de Lubumbashi vient de se doter de deux laboratoires dont l’un de bio-fortification, défense et valorisation des cellules, et l’autre de l’observatoire des forêts claires en RDC. C’est le Recteur de cette alma mater le Professeur Gilbert Kishiba, qui a procédé à l’inauguration de ces unités des recherches, ce 11 décembre 2018.

« Les présents laboratoires vont permettre la recherche de très haute qualité, notamment en matière des forets claires de Miyombo et autres espèces, et qui constituent un écosystème incontournable, dans la stabilisation des forets en Afrique Centrale.» a déclaré le Recteur de l’UNILU.

D’après le Professeur Gilbert Kishiba, cette acquisition s’inscrit dans l’une des missions régaliennes de l’université, à savoir: « apporter des solutions aux problèmes de la société ». Il a épinglé principalement la problématique de la protection de la forêt, en soulignant que la RDC détient le massif forestier le plus imposant avec 60% du potentiel sur le continent. Et d’ajouter que le pays fait partie des catalyseurs de stabilité en matière d’écosystèmes et de biodiversité.

En matière agropastorale, le Recteur a soutenu que la RDC n’a pas de justification à dépendre de certains pays pourvoyeurs des denrées alimentaires. A l’entendre parler, les facultés de sciences agronomiques et médecine vétérinaire, peuvent se prévaloir d’efficacité. « Ces laboratoires sont appropriés pour participer à l’ensemble des réponses à réserver aux attentes de l’équilibre pour la protection de la biodiversité.» a-t-insisté.

L’université de Lubumbashi, entend ainsi s’engager dans des programmes, projets et planification au niveau national, dans la production agropastorale, en vue de transformer le potentiel des cultures vivrières en biens économiques, et ce, en misant sur les 80 millions des terres arables qui peuvent faire l’affaire.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.