EUR / CDF
1 834,82
0.01%
(-0.1)
USD / CDF
1 653,82
0%
(-0)
CAD / CDF
1 245,77
-0%
(0)
CHF / CDF
1 690,40
0%
(-0)
GBP / CDF
2 009,55
0.01%
(+0.16)
ZAR / CDF
108,06
0%
(-0)
XAF / CDF
2,80
0.01%
(-0)
XOF / CDF
2,80
0.01%
(-0)

RDC : les défis de nouveaux dirigeants de la SNCC et Gécamines

54

Deux entreprises du portefeuille de l’État ont de nouveaux animateurs. Par ordonnance présidentielle, Gabriel Kyungu et Fabien Mutomb, ont été désignés Président du conseil d’administration et Directeur Général de la société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC).

À la générale des carrières et des mines (Gécamines), Albert Yuma garde son poste de président du conseil d’administration et Sama Lukonde Kienge devient le nouveau Directeur Général.

L’avènement de ces nouveaux mandataires, suscite autant d’espoirs pour la redynamisation et la relance de ces deux entreprises publiques.

A la SNCC par exemple, le nouveau président du conseil d’administration, Kyungu wa Kumwanza, est un ancien cheminot, pour avoir été au service d’approvisionnement. Pour sa part, l’actuel Directeur Général, Fabien Mutomb Kan Kato, avant d’être député national, a été Directeur d’exploitation au sein de l’entreprise à Lubumbashi. Ce sont donc des personnes qui maîtrisent bien la situation de la SNCC. Parmi les défis à relever, qu’ils doivent trouver les solutions idoines pour relever le chemin de fer, considéré comme l’épine dorsale économique de la RDC. Les agents attendent à bras ouvert le payement de leurs salaires à temps et l’épuration des arriérés. La réhabilitation de la voie ferroviaire actuellement en état de défectuosité n’en est pas de moindre. Tout est donc prioritaire à la société ferroviaire.

Voir la Gécamines revêtue de son image d’antan, voilà ce que beaucoup de congolais attendent du nouveau comité de gestion. La reprise en main des actifs cobalto-cuprifères, tel est le souhait exprimé par ici. L’augmentation de la production et l’amélioration des conditions sociales de travailleurs, sont les défis prioritaires auxquels le tandem Yuma-Lukonde doit faire face.

De l’avis d’un observateur, la relance de la production à la Générale des carrières et des mines comme à la Société nationale de chemin de fer du Congo, est avant tout tributaire d’une volonté politique. On peut changer leurs animateurs autant de fois, rien ne marchera pour autant.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.